Vous êtes ici > Les auteurs > Martin Carrese
Albert Londres

Martin Carrese

http://martincarrese.com/

Martin Carrese naît à Marseille en 1982.

Jusqu’à la réélection de François Mitterrand à la Présidence de la République Française, Martin préfère ne pas parler du tout. Pas par opposition. Par option préférentielle, on vous dit. Cependant afin de contenter la face hautement sociable de sa petite personnalité à lunettes superhéroïques, il dessine, dessine, dessine, pour dire les mots qu’il a dans la tête à des gens sympas qui sentent bon le romarin.

Durant la période ingrate des années collège, il continue de manger du Galak en faisant virevolter ses feutres weleda pointe fine 1721 et figure sur des feuilles de papier d’imposants visages moustachus du 19ème siècle dans de minuscules voitures futuristes du 23ème siècle parce-que c’est un gars fortement éclectique. Pas bizarre. Eclectique, on vous dit.

Par la suite, au grand dam de ses parents, il abandonne à 22 ans une carrière émérite de femme à barbe artiste associé du cirque de Monte-Carlo et se lance bille en tête dans une discipline socialo-progressiste : le graphisme*. Avec des Antonin Doussot, des Eric Pringels et des Stéphanie Boyer il fonde le cabinet de création E330, par respect pour la lettre E et en hommage au nombre 330. Ils sont très vite repérés pour leur à-propos et obtiennent les budgets de l’Institut de la Mode, du Festival Image en Ville, de Lafayette Gourmet, mais aussi Bic, la Fnac ou encore le Festival Mimi. Il est alors une bande de jeunes très remarquable. Pas un sauvageon qui veut niquer ta mère. Une bande de jeunes très remarquable, on vous dit.

En 2009, Martin décide de faire comme l’oiseau, de prendre son envol tout là-haut au dessus du palais du Général Aoun et de créer la désormais incontournable worldcomp’13 : www.martincarrese.com. Et comme il est le meilleur, il offre sa créativité, sa pertinence, son inventivité, son talent quoi, globalement aux plus offrants. Et aussi particulièrement.

Martine Carrese est également disponible en cuir.

Merci bien.

 

 


La team Albert

Les plumes d’Albert


ALBERT EN RÉSEAU

Sur Flickr
Fil RSS