Vous êtes ici > Feuilletons > 2013, hors programme > Marseille 2013 : la dernière saison n’aura que trois épisodes
Albert Londres
Et maintenant, votre avant-programme
   Frédéric Legrand, aka Albert II   le 19/01/2012
 
 

Marseille 2013 : la dernière saison n’aura que trois épisodes

 

Série franco-marseillaise (2012), réalisée par Jean-François Chougnet, Jacques Pfister, Jean-Claude Gaudin, Jean-Noël Guérini et Michel Vauzelle. Réalisateur deuxième équipe : Bernard Latarjet.

Durée : 3h30 de présentation (sans entracte).

Si vous avez raté le début. Après trois ans et demi de travail, l’équipe de Marseille-Provence 2013 présente enfin son programme. Enfin son AVANT-programme (consultable ici). Parce que le définitif ne sera dévoilé de manière fermement définitive qu’au dernier trimestre 2012.

Si vous avez raté l’épisode. Attention, ce qui suit dévoile des éléments-clés de l’intrigue. Billet électronique à télécharger, ouverture des portes une demi-heure avant l’évènement : ceci n’est pas un festival de rock, ceci est la présentation de l’avant-programme de l’année capitale européenne de la culture à Marseille en 2013. Journalistes de Paris et d’outre-France arrivent par bus (RTM) entiers, gratin de la culture phocéenne au grand complet : on ne sait pas ce qui va se dire, mais si c’est pas important on va un peu beaucoup tirer la tronche. Un indice devrait mettre la puce à l’oreille : ni le ministre de la Culture, annoncé, ni même Jean-Claude Gaudin n’ont fait le déplacement. Le maire est officiellement convoqué par Nicolas Sarkozy à l’Elysée à la même heure « pour parler des élections, et j’allais pas lui dire « oh, gari, je viens pas » [1] ».

Artistes et moutons. Avec une heure et demie de retard sur le planning, les discours commencent, entrecoupés de vidéos illustrant quelques uns des projets retenus : une maison accrochée à flanc d’immeuble et constituée du « pliage » de l’écorce du bâtiment, un melting pot de musique, sport et art plastique autour des cultures urbaines…
Peu à peu se dessine une impression mitigée : nouveaux équipements impressionnants sur le papier (Mucem, J1), évènements alternant classiques et propositions innovantes. Les projets les plus délirants du pré-programme de 2011 sont passés entre les gouttes : le sentier de randonnée GR 2013 se fera, sur 250 km en treize étapes autour de l’étang de Berre ; la grande transhumance de moutons, de cavaliers et d’artistes partira bien d’Italie, du Maroc et de Provence pour se regrouper dans la plaine de la Crau [2] avant de converger sur Marseille « mettre un peu d’animalité dans l’urbanité », lance Manolo de la Compagnie du Centaure ; la base de la patrouille de France à Salon accueillera bien un projet chorégraphique.

Beat-box in-your-face. Sur scène, même alternance entre poncifs politico-cultureux (mention spéciale à Macha « Nous, gens de théâtre » Makeïeff) et happenings avec les effeuilleuses du New Burlesque mais surtout les quatre beat-boxers marseillais d’Under control, lancés dans une époustouflante symphonie sortie tout droit d’un générique de Dirty Harry par Lazlo Schiffrin. Jean-François Chougnet, directeur général de Marseille-Provence 2013 et ses adjoints nous apprennent que l’année se déclinera en trois épisodes : Marseille « accueille le monde » de janvier à mai, est « à ciel ouvert » de juin à août, présente ses « mille visages » de septembre à décembre. Et on va commencer l’année par du cirque, c’est fédérateur.
Épuisé par le déluge d’informations, le journaleux finit par battre en retraite deux heures avant la fin du grand raout. En potassant son dossier de presse sur le chemin du retour, il découvrira que le budget de MP2013 a baissé de 8%, passant de 98 millions à 90 millions d’euros [3]. La perte des 7,5 millions liée au retrait de Toulon du projet n’a pas été compensée. Toujours ça de moins à gratter auprès des entreprises.

Notes

[1] Déclaration lors des vœux de Jean-Claude Gaudin à la presse, lundi.

[2] Non sans avoir créé des « sculptures vues du ciel » à chaque bivouac en réalisant des chorégraphies avec le troupeau.

[3] Dont 61 millions consacrés aux manifestations et 29 millions au fonctionnement


 



ALBERT EN RÉSEAU

Sur Flickr
Fil RSS