Vous êtes ici > Feuilletons > Législatives : le second tour les doigts dans le nez > La 2e en mode tranquillou
Albert Londres
Campagne sereine chez Dominique Tian
   Stéphanie Harounyan, aka Albertine II   le 13/06/2012
 
 

La 2e en mode tranquillou

 

-Bon alors, t’as vu quoi ?
Sur le mur, un poster couleur du gouvernement Fillon. Dans le bureau de Romain Lufeaux, le changement n’est pas tout à fait pour maintenant. Dimanche dernier, Dominique Tian, dont il est l’assistant parlementaire, a obtenu 41,06% des suffrages dans la 2e circonscription des Bouches-du-Rhône. En 2007, c’est dès le premier tour qu’il l’avait emporté, avec quelques 57% des voix. Cinq ans et une victoire de la gauche aux présidentielles plus tard, il va simplement falloir patienter une semaine de plus. Romain Lufeaux a beau ne pas fanfaronner, difficile de ne pas afficher un large sourire alors qu’il tente le traditionnel « ce-n’est-jamais-gagné-d’avance-restons-mobilisés-il-y-a-toujours-un-risque ». « C’est vrai que dans cette circonscription, c’est plus simple, concède-t-il finalement. La campagne est moins tendue, il y a moins de coups bas. » Il y aura tout de même un adversaire à affronter au second tour cette fois-ci : Jean-Pierre Mignard, un socialiste proche de Hollande. « Inexistant », commente simplement le jeune homme. Ambiance gentlemen farmers en campagne. Pas de risque, pas d’effervescence. Du coca sans les bulles.

-D’accord. Mais ils font campagne, quand même ?
« Il ne faut pas croire, en volume, nous avons distribué autant de tracts et fait autant de visites qu’ailleurs ! », assure Romain Lufeaux.
-Ah d’accord. Bon, et après ?
Le portable grésille. Justement, « c’est Dominique ». Le matin même, le candidat UMP est allé déposer sa candidature en préfecture pour le second tour. C’est l’heure de définir la suite du programme. Out la kermesse de l’école du coin. Out l’AG du CIQ. « Ce genre d’événements, il y va normalement en tant que maire de secteur. En période de campagne, il préfère ne pas y aller, pour ne pas mélanger, argumente Romain Lufeaux en raccrochant. Certains vont partout. Dominique, lui, cible plutôt les actions. C’est une question de tempérament. » La spécialité locale en campagne, c’est plutôt l’apéro « à domicile ». « Par exemple, vous invitez chez vous vos amis, vos voisins, de préférence des gens de gauche, et vous invitez Dominique Tian. Il se présente, explique le redécoupage de la circonscription, il parle aussi de son travail à l’assemblée nationale sur la fraude sociale. Et après, il discute avec tout le monde autour d’un verre. » Variante : « On invite dans un bar 20 militants UMP et chacun vient avec deux personnes extérieures à la vie politique qui ne connaissent pas Dominique. » Un rendez-vous prévu le lendemain n’aura finalement pas lieu, faute de mobilisation suffisante. « A la place, on va faire une soirée affichage avec Dominique », tranche l’assistant. Auparavant, le député s’offrira une virée matinale aux Catalans, terre nouvellement rattachée à sa circonscription. « Dans le 7e, on a tout de même des gens à convaincre, assure Romain Lufeaux. On ne fait que 35% sur l’arrondissement contre 30 pour le PS. »
-Attention, l’eau est presque tiède...
Dans le bureau d’à côté, Stéphanie et Françoise, les deux permanentes des lieux, comptent aussi les coups de fil. Affaires courantes, quelques questions sur les procurations, au mieux quelques alertes sur des zones dépouillées en affiches, mais pas de quoi lever le poing. « La campagne de 1993, c’était autre chose, lance Françoise. On avait plus de réunions, plus de manifestations... Là, avec la proximité de la présidentielle, on n’a pas eu de temps. Du coup, c’est très calme. » Françoise en est à sa vingtième année dans la circo, « dix avec Dominique, et dix avec Monsieur Mattei », son prédécesseur dans le secteur. En deux décennies d’élections, elle n’a « jamais senti de manque de confiance ». « Mais même si on est tranquille, on a tout fait pour qu’il passe au premier tour, assure-t-elle. Et maintenant, on veut faire le plus gros score. » Sans pour autant sortir l’artillerie lourde : dans cette circonscription qui annonce près de 1 300 adhérents à l’UMP - « la plus grosse des Bouches-du-Rhône », précise Romain Lufeaux - les militants sont plutôt invités à aller prêter main forte aux voisins en difficulté, comme Renaud Muselier.
-Bon, et sinon ?
Sinon rien.
-Et dimanche ?
Dimanche, une petite réception sera organisée pour les 200 militants qui auront tenu les bureaux de vote. Comme dimanche dernier. « Mais avec le champagne en plus », précise en souriant la stagiaire de la permanence. Avec les bulles, le champagne.


 



ALBERT EN RÉSEAU

Sur Flickr
Fil RSS