Vous êtes ici > Émissions > A french-american roadtrip
Albert Londres
c’est lundi, c’est Compilfight
   Albert Compilfight   le 20/02/2012
 
 

A french-american roadtrip

 

Par Girls from Kawaii

Nous commençons notre road trip à New York City, ville qui nous émerveille même si elle laisse les LCD Soundsystem un peu déçus…

A french-american roadtrip by Compilfight on Mixcloud

1-New York, I Love You But You’re Bringing Me Down – LCD Soundsystem

2-Chicago – Sufjan Stevens

3-Seattle – Jeffrey Lewis

4-San Franciscan Nights – Eric Burdon & The Animals

5-Last Train to Clarksville – The Monkees

6-New Orleans – Chicros

7-Memphis Tennessee – Silicon Teens

8-Walking in L.A. – Missing Persons

Nous commençons notre road trip à New York City, ville qui nous émerveille même si elle laisse les LCD Soundsystem un peu déçus… Puis Chicago, où we made a lot of mistakes avec Sufjan Stevens, avant d’arriver à Seattle où il n’y a plus de grunge mais où Jeffrey Lewis nous rappelle que tout est moins cher qu’à New York. Plus proche de la scène « hippie », on continue notre périple à San Francisco pour un moment un peu psychédélique avec Eric Burdon & The Animals. Et puis on se rend compte qu’on a oublié le sud et on saute sur le dernier train vers Clarksville avec The Monkees avant de découvrir New Orleans avec Chicros et puis le côté électronique de Memphis avec les Silicon Teens.
Faute de temps, il faut aller direct à notre dernière destination : L.A., la ville où personne ne marche dans les rues et tout le monde est perdu dans ses rêves hollywoodiens… Restons un peu avant de prendre l’avion pour la France…

We start our road trip in New York City, a city that leaves us breathless, even though it’s bringing LCD Soundsystem down… Then Chicago, where we made a lot of mistakes with Sufjan Stevens, before arriving in Seattle, where grunge is dead, but where Jeffrey Lewis reminds us that everything is cheaper than in New York. Closer to the hippie scene, we continue our journey to San Francisco for a psychedelic interlude with Eric Burdon & The Animals. Then we realize that the south totally slipped our minds and we jump on the last train to Clarksville with The Monkees, before discovering New Orleans with Chicros and the electronic side of Memphis with the Silicon Teens.
Almost out of time, we have to go straight to our final destination : L.A., the city where nobody walks in the streets and where everyone is lost in their Hollywood dreams… Let’s stay a while before taking the plane to France…

9-Road to Rouen – Supergrass

10-Strasbourg – The Rakes

11-Nantes – Beirut

12-Paris-Dourdan – Michel Houllebecq

13-Twist à St Tropez – Telex

14-Superbagnères – April March

15-Cannes – Barbara Carlotti

16-Saint-Lunaire, dimanche matin – Etienne Daho

17-Bonus : Wallis et Futuna – Philippe Katerine

La France ! Paris ! Non, nous mettrons directement le cap sur Rouen ! Destination de choix pour les Anglais de Supergrass. They follow all the signs et il semble bien que toutes les routes mènent à Rouen mais sans doute avec de la super bonne herbe. Puis direction l’Alsace avec d’autres Anglais mais quand The Rakes choisissent Strasbourg, c’est pour parler de la RDA et de ses héros, avec un peu d’allemand dans le texte - il faut dire que la frontière est toute proche ! D’est en ouest, nous voici à Nantes où Beirut évoque une triste et mystérieuse histoire du passé, c’est triste donc et beau comme souvent à Nantes. Paris-Dourdan, un bref voyage dans le voyage, triste comme un réveil près d’un sauna naturiste ?!! En même temps, on s’attendait à quoi avec Michel Houellebecq ? Adieu Tristesse, on file à St-Tropez pour une joyeuse reprise par Telex qui donne un furieux coup de jeune à ce vieux twist ! Ensuite, tous au ski, tous à Superbagnières ! April March a la montagne mélancolique, c’est doux et froid comme un siège de téléphérique.
Puis, retour sur la côte d’Azur en plein festival de Cannes avec Barbara Carlotti, featuring David Lynch très mal coiffé et Fay Dunaway en bikini. Oui, c’est sûr, quinze jour à Cannes tout est possible ! Puis on se téléporte vers d’autres plages, à Saint-Lunaire, comme si on y était, enfin, comme si on y était encore : la fête s’achève, il n’y a plus rien à boire, plus une cigarette, tant d’alcool que ma tête est lourde, il n’y a plus rien à boire mais tes lèvres suffisent. Etienne Daho nous abreuve de mille souvenirs et on veut rester encore un peu sur cette plage. Bonsoir !

La destination bonus : c’est loin le bout du monde. Comme ça fait un sacré détour quand même pour rentrer à NY depuis Saint-Lunaire, on ne fera que survoler Wallis et Futuna en rêve, on s’étendra sur ses plages en rêve et on y passera l’éternité en rêve mais Philippe Katerine nous fait subtilement glisser vers le cauchemar. Ça y est c’est vraiment la fin du voyage !

To those who can’t read french : I’m so sorry for you, you really miss something because the French part of our trip is amazing.
And most important : If you can’t read french, you probably can’t speak french so don’t even try to come and visit France because in France, French people speak only french. As a consequence, not speaking french in France means no croissant, no baguette, no wine, no petites femmes, no sac Vuitton, you would miss all of the French spirit, so sad. It would be better for you, travelers who can’t speak french, to stop your trip in L.A. L.A. would be the perfect place for you especially if you neither can’t speak french or walk. Bonne route ! Bon voyage !

Allez, viens commenter la playlist ici.


 


ALBERT EN RÉSEAU

Sur Flickr
Fil RSS